Contenu

Lutte contre les violences faites aux femmes - rencontre avec l’ADAVEM

 

Les services de l’État et leurs partenaires se mobilisent pour endiguer les violences à l’égard des femmes. Retrouvez cette semaine différents acteurs landais qui œuvrent pour aider les victimes de violences conjugales.

 

Anne Decung, directrice, et Charlène Lafitte, psychologue clinicienne, à l’Association départementale d’aide aux victimes et médiation – Justice de proximité 40 (ADAVEM JP 40).

L’ADAVEM JP 40 est une association disposant d’un agrément délivré par le ministère de la Justice prenant en charge des victimes de violences conjugales. Sur l’année 2020, elle a reçu 1 300 femmes dont 400 victimes de violences conjugales. Elle accompagne les femmes psychologiquement, juridiquement et socialement. L’association permet à une victime de verbaliser ce qu’elle a subi, d’être reconnue comme une victime afin de faire valoir ses droits, d’engager des démarches pour obtenir des réparations, être accompagnées...

Focus sur ces psychologues cliniciennes qui accompagnent ces femmes

Mon rôle est d’écouter les victimes, de les soutenir à tous les stades. Pour cela, nous travaillons sur la culpabilité des femmes, la reconnaissance du statut de victime et sur le phénomène d’emprise qui peut être présent et compliqué à supprimer. C’est un travail complexe qui peut demander plusieurs entretiens, le but étant d’ aider à dépasser les traumatismes et à se reconstruire. Il y a également la possibilité d’accompagner les femmes tout au long de la procédure pénale car elle peut raviver les blessures.
Si une relation conjugale est marquée par la violence, un cycle est alors observé. Il peut se répéter plus ou moins régulièrement et s’accélérer avec le temps.

1 : une tension commence à naître lors des disputes. Un climat anxiogène va alors s’installer.
2 : c’est la manifestation de faits concrets, qu’ils soient physiques, économiques ou sexuels.
3 : il y a une banalisation de la situation par l’agresseur avec l’expression de la culpabilité, des excuses.
4 : tout va mieux dans le couple, l’agresseur fait tout pour se faire pardonner (cadeaux, restaurants)…

Comment signaler des faits de violences conjugales ?
=> écrire au procureur
=> se présenter dans n’importe quelle brigade de gendarmerie ou commissariat
=> composer le 17 ou le 3919