Contenu

Communiqué de presse : Influenza aviaire : point d’étape sur la gestion de la crise dans les Landes

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Influenza aviaire : point d’étape sur la gestion de la crise dans les Landes

Mont-de-Marsan, le 5 janvier 2022

Cécile Bigot-Dekeyzer, préfète des Landes, a réuni l’ensemble de la profession le mercredi 5 janvier afin de faire un point de situation sur l’influenza aviaire dans le département et les mesures prises pour faire face à cette crise.

Le département des Landes a connu le premier foyer d’influenza aviaire le 17 décembre dernier, apparu dans la commune d’Hastingues. Depuis une quinzaine de jours, aucun nouveau foyer n’a été observé dans cette zone. Les foyers se concentrent aujourd’hui dans une dizaine de communes reparties entre Cazalis et Samadet, dans un ensemble limitrophe des Pyrénées-Atlantiques et du Gers.

À ce jour, le virus de l’influenza aviaire hautement pathogène de type H5N1 a été identifié dans 22 élevages, dont 11 élevages de palmipèdes, 8 de volailles et 3 élevages mixtes.

Au 4 janvier, près de 75000 palmipèdes et de 80000 volailles ont été abattus au sein des exploitations landaises.

L’importante préparation et la mobilisation des services de l’État dans les Landes ont permis de respecter un délai maximal de 24 heures entre la découverte d’une suspicion et l’abattage total des animaux, y compris les week-ends et les jours fériés de cette fin d’année. Ces services bénéficient de renforts d’agents venus d’autres directions départementales pour un appui opérationnel mais également dans les aspects réglementaires et administratifs de la gestion de crise. Un expert de la direction régionale de l’État en charge de l’Agriculture et un expert de l’ANSES les appuient sur les aspects épidémiologiques (enquêtes de terrain, recherche des possibles liens de contamination amonts ou avals...) afin de comprendre et anticiper les modalités de diffusion du virus

Compte tenu de l’apparition de nouveaux foyers presque quotidiennement dans la zone actuellement réglementée, au-delà du traitement des exploitations foyers et conformément aux orientations de la feuille de route nationale adoptée par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, des dépeuplements préventifs apparaissent indispensables pour freiner la progression du virus.

Pour ce faire, une plate-forme qui permet d’augmenter significativement les capacités d’abattage va être installée. Son fonctionnement est confié à l’entreprise GT Logistics, sous contrat direct avec le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, associée aux activités périphériques nécessaires(transport des oiseaux, nettoyage et désinfection des camions et des caisses de transport ...), la plate-forme pourra être opérationnelle à partir de ce vendredi 7 janvier. Seuls les animaux testés négatifs au H5N1 avant transport seront envoyés vers cette plateforme.

En complément des zones de protection et de surveillance de 10km prévues par la réglementation, et après concertation des organismes professionnels, une zone réglementée de 10km supplémentaire a été mise en place le 1er janvier pour y différer les mises en place d’animaux et réduire leur densité.
Compte tenu de la situation, cette zone supplémentaire initialement prévue jusqu’au 7 janvier est maintenue jusqu’au 14 janvier 2022. L’encadrement des mouvements d’animaux pourrait y être renforcé.

Afin de tout mettre en œuvre pour protéger les élevages contre la propagation du virus, la préfecture rappelle la nécessité d’appliquer strictement les mesures de biosécurité prévues par l’arrêté ministériel du 29 septembre 2021 et recommande une nouvelle fois aux professionnels d’appliquer les dispositions de mise à l’abri de leurs oiseaux conformément à l’arrêté du 29 septembre 2021 et de réduire au maximum les mouvements de personnes, d’animaux et de matériels dans tout le département.

L’influenza aviaire n’est pas transmissible à l’Homme par la consommation de viande d’origine aviaire,œufs, foie gras et plus généralement de tout produit alimentaire.