La base aérienne 118

Contenu

Historique

 

La BA 118, une riche histoire

L’histoire aéronautique montoise, après quelques exhibitions aériennes, remonte à 1913, date à laquelle une « annexe » militaire est créée sur l’hippodrome, notamment pour accueillir les élèves pilotes militaires venant de l’école de Pau pour des épreuves de navigation. Mais c’est en 1928 qu’est créé, sous l’impulsion de Henri Farbos, l’Aéro-club des Landes et que l’activité aérienne commence à se développer, d’abord à partir de l’hippodrome, puis, à partir de 1934 , sur un terrain acquis au nord-ouest de la ville. La célèbre aviatrice Hélène Boucher passera à Mont de Marsan son brevet de pilote…Mais la vocation militaire de Mont de Marsan commence réellement pendant la seconde guerre mondiale, quand l’armée allemande décide de créer, à l’emplacement actuel de la BA 118 et en englobant le petit aérodrome civil, un terrain d’aviation pour y baser, en octobre 1943, une unité destinée à la reconnaissance et l’attaque à long rayon d’action des convois alliés en Atlantique. La base sera bombardée par l’aviation américaine le 27 mars 1944.

A la Libération, cette base est reconnue par le colonel Kostia Rozanoff, chargé de trouver un terrain pour y implanter le Centre d’Expériences Aériennes Militaires. Sur sa recommandation, la Base est prise en compte par l’Armée de l’Air et le CEAM s’y installe sous le commandement de Kostia Rozanoff, le 1er novembre 1945.

De nombreuses prises de guerre allemandes y seront testées, puis de nombreux prototypes français et naturellement, depuis lors, les nouveaux matériels destinés à entrer en service dans les forces.

Enfin, c’est en 1964 que la BA 118 deviendra la première base opérationnelle du bombardier nucléaire stratégique Mirage IVA et de ses ravitailleurs KC 135, l’escadron de bombardement 1/91« Gascogne » prenant la première alerte nucléaire opérationnelle le 8 octobre 1964. Les Mirage IVA resteront en service à Mont-de-Marsan jusqu’en 2005, en finissant leur carrière au service de la reconnaissance stratégique.